Home

by/par Scott Simon, University of Ottawa/Université d’Ottawa

(la version française suit)

Meeting with the IUAES : A Step Toward Decolonization

iuaesAs anthropologists, we are keenly aware of the historical roots of our discipline, which some have deplored as the “handmaiden of colonialism” or the “son of imperialism.” Although anthropologists did not create imperialism, and were rarely more than marginal in colonial administration, the growth of anthropology was facilitated by the extension of colonial power into the far reaches of the globe. This enabled such foundational studies as Bronislaw Malinowski’s long stay in the Trobriand Islands, Marcel Griaule’s expedition to the Dogon in West Africa, and the work of Kano Tadao with the indigenous peoples of Formosa (Taiwan). Post-colonial critique, however, says little about what the Trobriand Islanders, the Dogon, or the Formosans thought about anthropologists who, along with missionaries, were among the few outsiders to live amidst them, learn their languages, and take seriously their worldviews. In fact, people in many regions embraced anthropology as a way to document their traditions and promote other projects on their own terms. Some of them became anthropologists. I think notably of Chinese Fei Xiaotong, who studied with Malinowski, but he was one of many.

Post-War Decolonization and the IUAES

Anthropology changed rapidly after World War II, especially because of the promise of decolonization. As colonial administrations retreated to Europe, newly decolonized countries established their own universities or reinvigorated colonial institutions, some of which included departments of anthropology. On August 23, 1948, under the aegis of UNESCO, the International Union of Anthropological and Ethnological Sciences (IUAES) was founded. Bringing together disparate networks of anthropologists who had been meeting since 1865, the goal was to internationalize the discipline as the science of humanity, bringing in scholars from all over the world as equals. The IUAES, like the World Council of Anthropology Associations (WCAA) and the Wenner-Gren Foundation, tries to bridge these gaps between anthropologists of the Global North and the Global South. This year, the IUAES and WCAA decided to merge, so that an integrated world organization can better promote internationalization of the discipline.

The IUAES statutes list among the many objectives of the organization:

“To work towards the gradual development of an exemplary global community of anthropologists and ethnologists, wherein all educators and practitioners working in this field can meet, communicate and interact in equality and freedom, and in a spirit of common humanity and mutual respect, regardless of their nationality, race, ethnicity, religion or gender.”

Neo-liberal Challenges

These goals are often frustrated by the realities of academia under neo-liberalism. Universities in developing countries have seen their budgets slashed, and departments closed, due to the imposition of structural development. Practices of university rankings have brought about increased uniformity, as professors struggle to publish in the “international” journals with high “ranking factors.” More often than not, this means publishing in the Global North, in English, and according to the intellectual whims of the mostly Northern reviewers and editors. This has led to frustration for many, as people get the impression that anthropological theory is dominated by the North, whereas ethnographic data is extracted from the South. Some apparent exceptions are theorists like Arjun Appadurai, who make their careers in the North, but academia tends to reproduce North-South inequalities.

Canadian Anthropology and the Global South

Canadian anthropologists have long reached out to partners in the Global South in a spirit of respect and equality, not least with our strong traditions in the anthropology of development. The International Development Research Centre (IDRC), although it suffered budget cuts in recent years, has helped many anthropologists build research relationships in developing countries. In 2011, the Lausanne Manifesto for a Non-Hegemonic Anthropology was launched in Montréal during the AAA meetings. Some people might remember that Canada hosted the IUAES in 1983 with an ambitious meeting that met in both Vancouver and Québec.

In the same spirit of international solidarity, CASCA will hold our annual meeting conjointly with the IUAES for the first time in Ottawa from May 2 to 7, 2017. This will give us unparalleled opportunities to meet new people, reanimate old networks, sit together in panels, celebrate and dream together for a truly decolonized and international anthropology. It is an opportunity to share Canada and Canadian anthropology with dynamic scholars from such institutions as the Anthropological Survey of India, the Chinese Academia of Social Sciences, as well as universities from around the globe. We are making special efforts to bring in scholars from the poorest countries, especially from Sub-Saharan Africa and have obtained some funding from the Wenner-Gren Foundation to do so.

Logistics of the Joint Conference

A joint conference is a departure from standard CASCA practices in many ways. First of all, the conference will host a much larger number of delegates. But registration processes will also be different. In order to encourage international cross-fertilization of ideas and to facilitate new forms of collaboration, we are asking people to first propose panels and then to seek paper presenters from both Canada and other countries. Information about this is available on the conference website. The deadlines will be earlier and stricter than ever before. This will enable our partners, especially in the Global South, to finalize their plans, seek external funding, and obtain Canadian visas in time to attend the conference. Yes, together we can make anthropology part of the solution to global challenges. I represent the entire local organizing committee in welcoming everyone to the University of Ottawa for this exciting event.

CASCA/IUAES Conference Website: http://nomadit.co.uk/cascaiuaes2017/en/index

IUAES website: http://www.iuaes.org/


Rencontre avec l’UISAE : un pas vers la décolonisation

iuaesfrEn tant qu’anthropologues, nous sommes profondément au fait des racines historiques de notre discipline, lesquelles ont été qualifiées par certains de « servantes du colonialisme » ou de « fils de l’impérialisme ». Bien que les anthropologues n’aient pas créé l’impérialisme, et qu’ils n’aient que rarement occupé plus qu’une place négligeable au sein de l’administration coloniale, l’expansion de l’anthropologie a été facilitée par celle des puissances coloniales dans les confins du monde. Cette conquête coloniale a entre autres permis la réalisation de recherches fondamentales comme le long séjour de Bronislaw Malinowski aux îles Trobriand, l’expédition de Marcel Griaule chez les Dogons d’Afrique de l’Ouest et les travaux de Kano Tadao auprès des peuples indigènes de Formose (Taïwan). Toutefois, la critique postcoloniale parle peu de la perception qu’avaient les habitants des îles Trobriand, les Dogons ou les Formosans des anthropologues qui, avec les missionnaires, faisaient partie des rares étrangers venus vivre au milieu de leur peuple, prêts à apprendre leur langue et à prendre au sérieux leur conception du monde. En fait, les habitants de plusieurs régions considéraient l’anthropologie comme une façon de documenter leurs traditions et de promouvoir d’autres projets selon leurs propres points de vue. Certains sont même devenus anthropologues. Pensons notamment au Chinois Fei Xiaotong, qui a étudié avec Malinowski, un exemple parmi tant d’autres.

Décolonisation d’après-guerre et UISAE

Après la Deuxième Guerre mondiale, l’anthropologie change rapidement, surtout en raison des promesses de décolonisation. À mesure que les administrations coloniales se replient vers l’Europe, les nouveaux pays décolonisés mettent sur pied leurs propres universités ou revitalisent des établissements coloniaux, qui comptent parfois un département d’anthropologie. Le 23 août 1948, sous l’égide de l’UNESCO, est créée l’Union internationale des sciences anthropologiques et ethnologiques (UISAE), permettant la réunion de différents réseaux d’anthropologues qui interagissaient déjà depuis 1865. La création de l’UISAE vise d’abord l’internationalisation de la discipline en tant que science de l’humanité et la rencontre de chercheurs des quatre coins du monde sur un pied d’égalité. L’UISAE, au même titre que le World Council of Anthropology Associations (WCAA) et la fondation Wenner-Gren, essaie d’ériger des ponts au-dessus des fossés qui séparent les anthropologues du Nord global de ceux du Sud global. Cette année, l’UISAE et le WCAA ont choisi de fusionner afin qu’une organisation mondiale intégrée puisse mieux promouvoir l’internationalisation de la discipline.

Les statuts de l’UISAE compte parmi ses nombreux objectifs le suivant :

« Travailler à l’élaboration graduelle d’une communauté internationale exemplaire d’anthropologues et d’ethnologues, au sein de laquelle tous les enseignants et praticiens pourraient se rencontrer, communiquer et interagir en toute égalité et liberté, dans un esprit d’humanité commune et de respect mutuel, peu importe leur nationalité, race, origine ethnique, religion ou genre. »

Défis du néolibéralisme

Ces objectifs sont par contre souvent limités par les réalités du monde universitaire en contexte néolibéral. Dans les pays développés, l’imposition de programmes d’ajustement structurel a entraîné d’importantes coupes dans les budgets des universités et la fermeture de certains départements. L’avènement du classement des universités a provoqué une hausse de l’uniformisation ainsi qu’une course entre enseignants en vue de publier dans les revues dites « internationales » possédant un haut « facteur d’impact ». La plupart du temps, cela se résume à publier dans le Nord global, en anglais, et selon les caprices intellectuels des réviseurs et des évaluateurs, pour la plupart du Nord. Cette situation est source de frustration pour plusieurs, puisqu’elle donne l’impression que la théorie anthropologique est dominée par le Nord alors que les données ethnographiques sont extraites au Sud. Certains théoriciens comme Arjun Appadurai, qui ont mené leur carrière au Nord, font figurent d’exceptions, mais en général, le milieu universitaire tend à reproduire ces inégalités nord-sud.

L’anthropologie canadienne et le Sud global

Les anthropologues canadiens collaborent depuis longtemps avec des partenaires du Sud global dans un esprit de respect et d’égalité, notamment en raison de la forte tradition canadienne en anthropologie du développement. Le Centre de recherche pour le développement international, malgré les coupes budgétaires des dernières années, a aidé de nombreux anthropologues à tisser des liens en matière de recherche dans les pays en voie de développement. En 2011, le Manifeste de Lausanne pour une anthropologie non hégémonique a été lancé à Montréal pendant la rencontre annuelle de l’American Anthropologists Association. Certains se souviendront peut-être que le Canada a accueilli l’UISAE en 1983 dans le cadre d’un ambitieux congrès qui s’est déroulé en deux phases, d’abord à Québec, puis à Vancouver.

Dans ce même esprit de solidarité internationale, la CASCA tiendra pour la première fois son colloque annuel conjointement avec l’UISAE, à Ottawa du 2 au 7 mai 2017. Cette rencontre offrira une occasion sans précédent de faire de nouvelles rencontres, de réanimer d’anciens réseaux, de collaborer lors de panels, de célébrer et de rêver ensemble d’une réelle anthropologie internationale décolonisée. Nous pourrons présenter le Canada et l’anthropologie canadienne à de dynamiques chercheurs provenant d’établissements comme l’Anthropological Survey of India et la Chinese Academia of Social Sciences, et d’universités des quatre coins du monde. Un effort spécial est fait pour réussir à accueillir des chercheurs en provenance de pays comptant parmi les plus pauvres, notamment de l’Afrique subsaharienne, et une partie du financement a été octroyée par la fondation Wenner-Gren à cet effet.

Logistique du colloque conjoint

Un colloque conjoint implique de modifier les pratiques usuelles de la CASCA sur plusieurs plans. D’abord, le colloque accueillera un nombre beaucoup plus important de délégués, ce qui nécessite un processus d’inscription différent. Afin d’encourager une pollinisation croisée d’idées entre les pays et de susciter de nouvelles formes de collaboration, nous demandons aux intéressés de d’abord soumettre des propositions de panels, puis de sélectionner des panélistes du Canada et de l’étranger. De plus amples renseignements à ce sujet sont affichés sur le site du colloque. En outre, les dates limites sont aussi plus strictes et plus tôt qu’habituellement, ce qui permettra à nos partenaires, surtout ceux du Sud global, de finaliser leurs plans, de chercher du financement externe et d’obtenir un visa canadien à temps pour participer au colloque. Ensemble, nous pouvons amener l’anthropologie à prendre part à la solution aux défis mondiaux. Au nom du comité organisateur local, je vous convie tous et toutes à l’Université d’Ottawa pour cet événement exceptionnel.

Site Web du colloque CASCA/UISAE 2017 : http://nomadit.co.uk/cascaiuaes2017/fr/index

Site Web de l’UISAE (en anglais seulement) : http://www.iuaes.org/

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s